Safia Nolin

Auteure-compositrice-interprète

« S’assumer, ce n’est pas reposant tous les jours. Des fois, j’en ai assez. Mais je ne peux pas vivre à moitié. »

Depuis son arrivée sur la scène musicale, l’auteure-compositrice-interprète Safia Nolin, récipiendaire de quatre Félix au Gala de l’ADISQ, ne laisse personne indifférent. Tandis que ses chansons tristes touchent droit au cœur, sa personnalité excentrique, son authenticité et son refus de se plier aux diktats provoquent. Elle assume et fonce, portée par son amour de la musique et du public.

Quand l’animateur et humoriste Jay Du Temple a fait raser sa tignasse pour Leucan devant ses fans au centre Bell, il a demandé à son amie Safia Nolin d’interpréter Tu ne sauras jamais des B.B. sur scène, à ses côtés. « J’étais touchée, je savais que Leucan était une belle cause. Jamais je n’aurais pensé que ce serait à mon tour cette année ! »  Parce que ses cheveux sont « massacrés », Safia Nolin croyait à tort qu’il lui était inutile de participer au Défi têtes rasées Leucan. « Je pensais qu’on devait donner nos cheveux. Qui aurait voulu des miens ? »

Pour Rosalie

Quand Leucan l’a approchée pour faire partie des Audacieuses, la chanteuse a donc été très étonnée. « Ça a pris trois secondes pour que j’accepte. C’était clair que je voulais le faire ! » Elle a tout de suite pensé à Rosalie, aujourd’hui décédée de la leucémie. C’est d’abord pour elle qu’elle relèvera le Défi. « Rosalie venait à mes shows, écoutait ma musique. Sa mère nous avait mis en contact, on a beaucoup communiqué. C’est une des personnes qui m’a le plus marquée dans ma vie. Elle était vraiment spéciale, déterminée et inspirante. » Rosalie avait notamment plaidé pour avoir le droit de voter alors qu’elle était coincée sur son lit, à l’hôpital.

Safia Nolin chante parfois au chevet des personnes malades au CHU Sainte-Justine. C’est par hasard qu’elle s’est retrouvée dans la chambre de Rosalie, quelques semaines avant son décès. « Quand Rosalie s’est éteinte, j’étais dans un avion et sa mère me textait. Elles écoutaient une de mes chansons. Je me sentais vraiment privilégiée d’être dans leur bulle. C’était très intense. »

Dans sa notice nécrologique, Rosalie a demandé de donner au refuge Les Chatmoureux de Granby. Safia Nolin l’a prise au mot. Lors d’un concert au Quai des Brumes, l’artiste a passé le chapeau. « On a ramassé 1 000 $. J’ai pris son souhait, je l’ai diffusé, j’étais son canal. Grâce à elle, plusieurs chats ont été sauvés. Je suis dans cette même vibe. J’ai l’impression qu’en me faisant raser, c’est elle qui posera ce geste à travers moi. »

Ses cheveux : amour-haine

Depuis ses débuts, Safia Nolin a dû essuyer des salves de commentaires acerbes. Sur son corps plus rond. Sur ses choix vestimentaires. Sur son langage coloré. Sur son orientation sexuelle. Sur sa décision de dénoncer une agression. Elle sait que sa tête chauve l’exposera, une fois de plus, aux insultes de ses détracteurs. Ceux-ci la traquent et la harcèlent jusque dans ses cours universitaires. « S’assumer, ce n’est pas reposant tous les jours. Des fois, j’en ai assez. Mais je ne peux pas vivre à moitié. »

Alors que le Défi approche à grands pas, elle passe par toute une gamme d’émotions. « Je suis vraiment excitée, j’ai hâte. Mais en même temps, j’ai un peu peur. Avec tout ce qui se passe dans ma vie, je me demande à quel point ça va me donner un coup de me regarder dans le miroir. J’ai peur que ça affecte ma confiance en moi. Mais c’est aussi ce que vivent les enfants atteints de cancer. C’est pour ça que je le fais, que c’est aussi important. »

S’exposer nue

Souvent, la chanteuse a voulu raser ses cheveux, sans oser. Pourtant, elle n’a pas hésité, en 2019, à s’exposer toute nue dans le vidéoclip de sa chanson Lesbian Break-up Song pour promouvoir la diversité corporelle. « C’est bizarre, mais je pense que c’est plus facile pour moi de me mettre nue que de perdre mes cheveux. Marie-Mai, quand elle s’est rasé la tête, elle était magnifique parce qu’elle est plus dans les standards de beauté. Tandis que moi, je suis grosse et pas très féminine. »

Elle voit dans ses cheveux blonds aux épaules l’ultime partie de son corps qui correspond à un standard de féminité. « J’ai une relation amour-haine avec mes cheveux. Je trouve ça dur de m’en départir, mais en même temps, c’est super excitant. »

Ensemble, toutes !

Devant le miroir, elle cache ses mèches sous sa tuque grise. « Je n’arrête pas de m’imaginer sans cheveux. Je me prépare mentalement. J’ai hâte à cette journée, j’ai hâte de toucher ma tête rasée. Je vais tout de suite mettre ma tuque, je pense que j’aurai froid ! »

Elle salue l’audace des femmes qui seront du Défi avec elle. « Ça m’anime vraiment de voir ces femmes rassemblées. Elles sont de milieux où c’est déjà difficile d’être une femme, où ça l’est encore plus d’être une femme sans une grande crinière. En culture, il y a moins de décorum, c’est plus facile de sortir du moule. Ces femmes, je les trouve hot ! C’est vraiment génial et ça envoie le message que nous sommes unies pour la cause. »

Le projet tombe à point pour Safia Nolin. En pause forcée en raison de la pandémie, elle n’a aucun spectacle prévu à son horaire. Elle aimerait écrire, mais l’inspiration n’y est pas. « J’attends que la COVID passe, je suis zéro motivée. » Sa conjointe est en France. Elle passe donc ses journées seule avec son chien Pizzaghetti. « C’est long, une chance que mon chien est là ! » Elle accueille donc avec enthousiasme les Audacieuses qui mettra dans sa vie un soupçon de couleur et de folie.